Nasreddine, le fou qui était sage

Présentation et contexte du projet

Ce projet s’est construit autour du texte Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage, de Jihad Darwiche.

 Nasreddine Hodja est un personnage commun à de nombreuses traditions
orientales, qui le connaissent sous différents noms. Beaucoup d’origines lui sont
prêtées par la légende, il a même plusieurs tombes dans divers pays. Au Maghreb,
en Iran ou au Pakistan, tout le monde le connaît. Certaines de ses aventures ont été
importées en Occident sous forme d’histoires drôles mettant en scène un fou : par
exemple celle dans laquelle Nasreddine, chargé de «ne pas quitter la porte» pour
empêcher les voleurs d’entrer dans la maison, ne la quitte pas en effet, puisqu’il
la démonte pour se promener avec ! Car Nasreddine est à coup sûr un farfelu
qui pousse la logique dans ses derniers retranchements, jusqu’à l’absurde. C’est
un simplet, capable d’être rusé comme un renard ou bête comme une oie. Ses
aventures prennent la forme de récits très courts, toujours amusants, qui cachent
le plus souvent sous leur apparente absurdité un grand fond de sagesse. Ils ne sont
pas exempts de cruauté parfois, de lucidité toujours, de cynisme aussi. Comme
toutes les bonnes blagues

Le travail fut mené autour de deux pratiques artistiques : la pratique musicale et la pratique théâtrale. Les classes se sont lancées à la découverte de Nasreddine, ce personnage aux visages multiples, drôle et attachant. En s’appuyant sur les recueils de Jihad Darwiche, ils ont travaillé à la mise en mot, en son, en rythme et en mouvement des aventures de Nasreddine. Suivant ses pas, ils ont également découvert le répertoire musical riche et interculturel du bassin méditerranéen. Mais Nasreddine qui a tant voyagé pourrait tout aussi bien être, comme eux, un habitant du quartier Beaubrun Tarentaize. Ce même quartier qui devient alors le théâtre ses histoires. La découverte et l’appropriation deviennent alors également celles de leur propre environnement de vie.
A partir de ces histoires, nous sommes aussi partis à la recherche de nos propres histoires, celles de nos familles, de nos classes, de notre quartier, nous avons nous aussi inventé les Nasreddine d’aujourd’hui que nous sommes, à tour de rôle.

En utilisant les outils de l’écriture, de l’improvisation et bien sûr en mettant en jeu plusieurs histoires, un chœur est né d’où jaillissent parole et musique, chant et jeu !
Textes et musiques, chants, rythmes : ce personnage que l’on rencontre tout autour de la Méditerranée dans la tradition orale a trouvé là un écho musical, afin que ses histoires se racontent autant dans la musique que dans les mots, dans les voix que dans les corps !

Avec humour et malice, les élèves ont joué avec les petits riens qui font nos relations quotidiennes, nos petits échecs et belles victoires, pour créer un spectacle ludique, rythmique, intelligent et joyeux.  

Intervenants

Marijke Bedleem : comédienne et metteuse en scène

Emmanuel Bardon : chant

Ismail Mesbahi : percussions

Valorisation du projet

Les élèves se sont produits à l’Usine le vendredi 8 juin 2018.

Le spectacle a donné lieu à une captation vidéo.

Ce même spectacle a fait l’objet d’une communication sur nos réseaux habituels : invitations, réseaux sociaux, site Internet.

En bref

0
Heures d'intervention
0
Intervenants
0
Participants
0
Spectateurs
Fermer le menu