Exil

Présentation et contexte du projet

Ce projet a pour point de départ l’histoire de l’abbaye de Noirlac, qui a accueilli en son sein, entre 1936 et 1939, quelques milliers de réfugiés espagnols fuyant la guerre civile, particulièrement des femmes et des enfants. Notre projet a souhaité raccrocher cette histoire particulière, qui a marqué le territoire de Noirlac, à l’histoire, plus générale de la migration et de l’exil, qui a marqué le territoire espagnol et l’ensemble de l’Europe. Il cherchait à interroger les élèves et leur entourage sur l’exil, l’accueil, l’obligation du départ.
Pour ce faire notre projet s’est développé autour de 2 axes principaux – musique et témoignages – qui se sont retrouvés assemblés dans une création artistique originale, mélangeant musiques, témoignages et réflexions sur l’exil.

Ce projet s’est découpé en deux parties :

Témoignage et collecte – Dans cette partie, nous avons souhaité faire rencontrer un des porteurs de mémoires de l’immigration espagnole à Noirlac (Mr Florez, réfugié de 1936) et les élèves d’une classe de CE2-CM1 de l’école primaire de Saint-Amand-Montrond. Ces rencontres ont été préparées en amont par les élèves, aidés par leur professeur et un médiateur de la mémoire. Les élèves ont visité également l’abbaye de Noirlac, qui a été un lieu d’accueil important pour les réfugiés espagnols. Les récits ont fait l’objet d’une captation sonore (récits + questions des élèves), qui a servi de trame narrative et de support au spectacle final.

Chant, percussions et transmission musicale – Cette seconde partie du projet a été encadrée par Barbara Kusa, chanteuse de l’ensemble Canticum Novum. L’ensemble Canticum Novum est spécialiste de la musique ancienne du bassin méditerranéen, et a construit plusieurs de ses programmes autour de l’Espagne des trois cultures, ainsi que les grands vagues migratoires qui en ont suivi (départ des séfarades chassés d’Espagne en 1494, départ des Mores en 1502 et 1609, vagues migratoires vers le nouveau monde autour de 1597). Nous avons construit un programme musical avec les élèves autour de ces différents moments historiques, et les avons raccrochés à la vague migratoire de 1936-39, vécue directement et concrètement sur le territoire de Noirlac.

Ces deux axes de travail ont donné lieu à une création musicale originale rassemblant le travail réalisé dans les deux premières parties, un spectacle original de 26 minutes qui a été proposé dans le réfectoire des moines les 3 et 4 juin. Le spectacle a rassemblé dans une narration commune le témoignage des porteurs de mémoires de Noirlac enregistrés par les enfants, quelques images d’archives, les chants appris et chantés en direct par les élèves et portés par les musiciens de Canticum Novum.

Intervenants

Péroline Barbet (collecte des témoignages) a préparé et accompagné les élèves pour la rencontre avec le porteur de mémoire de l’immigration espagnole, les a formés à la collecte de témoignages et a réalisé un montage sonore à partir de cette matière.

Barbara Kusa (chanteuse) a transmis des chants de culture espagnole aux élèves, qui les ont chantés sur scène lors du rendu final.

Henri-Charles Caget (percussionniste et metteur en scène) a coordonné le travail artistique, et créé avec
les élèves un paysage sonore.

Valorisation du projet

Ce projet a été présenté dans le cadre du grand évènement « Les futurs de l’écrit », organisé par l’abbaye de Noirlac, les 3 et 4 juin 2017. Une représentation d’une demi-heure a eu lieu chaque jour dans le réfectoire des moines.

En bref

0
Heures d'intervention
0
Intervenants
0
Participants
0
Spectateurs
Fermer le menu