EAC : Territoire et identité

projet : EAC territoire et identité

Présentation et contexte du projet

Ce projet a été mené dans le cadre d’une convention d’Education Artistique et Culturelle avec la Communauté de Commune de Loire Semène et a questionné l’activité humaine présente sur le territoire au fil des siècles, permettant la découverte d’un patrimoine culturel et industriel riche. Les ateliers de création ont été menés dans treize classes de primaire et de collège issues des communes du territoire. Ces classes ont été amenées à se rencontrer en participant à des projets de création participative qui questionnent l’identité et le patrimoine du territoire Loire Semène.

Axe 1 : Fil rouge – Travail de collecte et de recueil de témoignage

Vincent Rubin, du collectif La Louce a sillonné le territoire pour aller à la rencontre du patrimoine vivant de Loire-Semène. Il s’est arrêté dans chaque commune pour recueillir photographies, vidéos, témoignages, auprès des porteurs de la mémoire mais aussi des habitants et acteurs culturels. Ces rencontres ont été préparées au préalable en classe avec les élèves participants au projet. Elles ont été l’occasion de visites de lieux de patrimoine liés à cette collecte (Musée de la Faulx, Maison de la Passementerie, visite du village médiéval de Saint-Didier-en-Velay). Vincent a également été amené à produire des images fixes ou animées qui documentent ces rencontres et cette enquête menée sur le territoire.

Toute la matière collectée est venue nourrir le travail de création mené dans les ateliers artistiques et a donné lieu à une restitution vidéo qui donne à voir le projet dans sa globalité, connectant les groupes et les communes du territoire autour de leur objectif commun : dresser un portrait multiple des habitants du territoire.

Axe 2 : Communes de Saint-Didier-en-Velay et Aurec-sur-Loire

Les classes de ces deux communes sont remontées aux origines de l’activité humaine sur le territoire Loire-Semène en menant un travail autour du patrimoine médiéval présent sur ce dernier. Quatre classes de primaire et deux classes de collège ont abordé par le chant un répertoire de musique ancienne et se le sont réapproprié. S’appuyant sur le passé du territoire, les nombreuses routes commerciales et l’influence forte de la Route de la Soie, ils ont interprété des morceaux dans multiples langues qui nous ont à notre tour accompagnés dans ce voyage interculturel.

En parallèle, deux classes de primaire ont mené un travail en Arts Plastiques questionnant également les échanges culturels et commerciaux de cette époque. Ils se sont lancés dans la réalisation d’un jeu d’échec géant. Après avoir préparé les différentes pièces de l’échiquier ils les ont décorés en utilisant, peinture, dessin et collage. Sur chaque pièce, les élèves ont représenté des personnages, des métiers, des fonctions emblématiques de l’époque.

Valorisation du projet

La valorisation de cet axe a eu lieu le 25 juin 2019 à Saint-Didier-en-Velay. A cette occasion, les classes se sont retrouvées sur scène, accompagnées de huit musiciens dont trois musiciens japonais pour un concert de près d’une heure vingt. Le public de près de 300 personnes est ressorti époustouflé.

Axe 3 : Communes de Pont-Salomon et Saint-Ferréol-d’Auroure

Deux classes de Pont-Salomon et une classe de Saint-Ferréol d’Auroure ont mené un travail lié au passé des industries présentes sur le territoire (faulx et clouterie). Ils ont préparé puis réalisé une visite du Musée de la Faulx, munis de leurs enregistreurs pour en capter toute l’identité sonore. Ils se sont ensuite engagés dans un travail musical de création de paysages sonores à partir des techniques de soundpainting et de composition électroacoustique. Acier, bois, martinets hydrauliques, scies, etc deviennent autant d’instruments d’un orchestre dont ils ont écrit le langage.

En parallèle ils ont travaillé sur la rédaction de haïkus pour retransmettre poétiquement les émotions ressenties lors de la visite du Musée.

Valorisation du projet

Le travail a donné lieu à une restitution publique le 21 mai 2019 à Pont-Salomon. Les élèves ont proposé à leur famille et amis une expérience immersive en huit mouvements pour les faire voyager au coeur de l’industrie.

Axe 4 : Commune de La-Séauve-sur-Semène

Ce projet a été mené avec deux classes de La-Séauve-sur-Semène en lien avec le patrimoine industriel du textile et de la passementerie. Les élèves ont mené un travail d’écriture et de pratique théâtral autour de la lettre afin de redonner voix et vie au quotidien des habitants et ouvriers du territoire.
Leur travail a été nourri par la visite qu’ils ont fait de la Maison de la Passementerie. Réutilisant le vocabulaire industriel, ils ont dressé une galerie de portraits entrainant les spectateurs au coeur de l’activité textile passée.

Ce travail a également été accompagné par un contrebassiste qui a questionné les enfants sur le lien entre musique et mouvement. Une suite d’improvisations musicales régissait les tableaux de la restitution et menait les déplacements des enfants.

Valorisation du projet

Une restitution publique du travail des deux classes a eu lieu le 6 juin 2019 à la Séauve-sur-Semène.
Les élèves ont pu inviter leurs familles et proches à découvrir le travail qu’ils avaient mené toute l’année auprès des intervenants et de leurs enseignants. Avec une belle autonomie, ils ont proposé une interprétation sensible et humaine du passé industriel du territoire.

Intervenants

Judith Chomel : création plastique

Angeline Bouille : artiste lyrique

Emmanuel Bardon : artiste lyrique

Jean-Christophe Désert : musicien, composition électroacoustique

Vincent Rubin – La Louce : enquête sociologique, vidéo, photographie

Sylvère Décot : musicien

Emilie Weiss : comédienne, metteur en scène

Benoît Cancoin : contrebassiste

Pour la restitution du 25 juin : Akihito Obama : shakuhachi, Tsugumi Yamamoto : koto, Yutaka Oyama : tsugaru-shamisen, Jérôme Salomon : percussions, Léa Maquart : flûtes kaval, Nolwenn Le Guern : vièle

Expérience du spectateur

Quatre concerts de Canticum Novum ont été organisés les 25 et 26 mars 2019. Les élèves du territoire ont été conviés à découvrir le programme Sefardi au sein de leurs communes pour une rencontre privilégiée avec les artistes. A cette occasion, ce sont 370 élèves de tous âges qui ont pu profiter de ce moment musical.

En bref

0
Heures d'intervention
0
Intervenants
0
Spectateurs
Fermer le menu